Une réunion de l’Association coopérative du capital et du travail dans le théâtr

Une réunion de l’Association coopérative du capital et du travail dans le théâtre du Familistère. Photographie anonyme, 1902. Collection Familistère de Guise.

Une assemblée de l’Association coopérative du capital et du travail dans le théâ

Une assemblée de l’Association coopérative du capital et du travail dans le théâtre du Familistère. Photographie anonyme, 1902 ( ?). Collection Familistère de Guise.

La démocratie au théâtre

Une réunion de l’Association coopérative du capital et du travail dans le théâtre du Familistère.
Photographie anonyme, 1902.
Epreuve au gélatinochlorure d’argent (aristotype).
H. 17 x L. 12 cm.
Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-351).

La scène se déroule dans le théâtre du Familistère. La salle est utilisée pour les assemblées des membres de l’Association coopérative du capital et du travail. Cette réunion, dont on ne connaît pas l’objet, a lieu pendant la journée. Le lustre à gaz est éteint, mais le parterre reçoit une lumière naturelle abondante grâce aux châssis d’éclairage zénithal ouverts dans la toiture de l’édifice. Des bancs en bois ont été installés en rangs serrés pour une assemblée nombreuse. Les bancs des premiers rangs ont des dossiers numérotés, tandis que les bancs du fond de la salle en sont dépourvus. Au premier plan, au pied de la scène, se trouve une longue table recouverte d’un tissu, sur laquelle a été placée une urne. Divers papiers ont été disposés sur la table. Un homme, assis devant elle, se penche sur un registre. La tâche qu’il accomplit retient l’attention d’une partie de l’assemblée. Des hommes se sont levés et font la queue derrière lui dans l’allée centrale. Les autres personnes sont toujours assises sur les bancs. Elles semblent patienter et attendre leur tour. Il y a,  notamment, une douzaine de femmes regroupées sur la gauche. Deux figures du Familistère sont assises l’une à côté de l’autre, au premier rang : Émilie Dallet, la sœur de Marie Moret veuve Godin, et Madame Roger, responsable de la crèche du Familistère. On a le sentiment que le photographe veut souligner la présence des femmes et, vraisemblablement, leur participation à une des élections au suffrage réellement universel prévues par les statuts de l’Association coopérative du capital et du travail.

Il est probable que la scène photographiée ait lieu à l’issue d’une assemblée générale des associés de l’Association coopérative du capital et du travail sous la président de l’administrateur-gérant Louis Victor Colin. En tout cas, une photographie de cette assemblée présente un décorum identique à la scène de 1902.