Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social

Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social. Photographie anonyme, 1909. Collection Familistère de Guise.

Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social

Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social. Photographie anonyme, 1909 (détail). Collection Familistère de Guise.

Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social

Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social. Photographie anonyme, 1909 (détail). Collection Familistère de Guise.

Les préparatifs de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Pala

Les préparatifs de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social. Photographie anonyme, 1909 (?). Collection Familistère de Guise.

La cour du pavillon central en fête

Le bal de la fête de l’Enfance dans la cour du pavillon central du Palais social.
Photographie anonyme, 1909.
Epreuve sur papier au gélatino-chlorure d'argent (aristotype).
H. 13,2 x L. 18,1 cm.
Familistère de Guise (inv. 2006-33-1).

La cour du pavillon central du Palais social est le théâtre principal des grandes fêtes familistériennes, en particulier la fête de l’Enfance, créée en 1863, et la fête du Travail, créée en 1867. À ces occasions, la foule des habitants et de leurs invités se presse sur les coursives ou « balcons » (comme au théâtre) pour jouir du spectacle. Sous la verrière, la société endimanchée du Familistère se donne en représentation à elle-même. Et c’est bien ce que saisit le photographe, qui cadre de manière à montrer aussi bien le public dans les étages que la scène du rez-de-chaussée. Plusieurs jours avant la fête, les habitants du palais ont travaillé à l’ornement de la cour selon les indications du comité en charge de cette question : la construction de la tribune de l’orchestre, l’installation des guirlandes, des décors allégoriques, des écussons à devises et des trophées de branchages et de drapeaux.  La fête de l’Enfance se déroulait le premier dimanche de septembre et le lendemain. Elle marquait le passage d’une année scolaire à la suivante. Elle comprenait la remise des récompenses aux élèves méritants, des spectacles offerts par les enfants, des jeux, et un bal animé par l’harmonie du Familistère.