Vue des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire. Photographie anonyme, vers 1865

Vue des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire. Photographie anonyme, vers 1865. Collection Familistère de Guise.

Tableau n° 4 de la production de l’usine Godin-Lemaire à Guise pour l’année 1863

Tableau n° 4 de la production de l’usine Godin-Lemaire à Guise pour l’année 1863. Imprimerie Berthaut à Guise, 1863. Collection Familistère de Guise.

Site des premiers ateliers de l’usine du Familistère sur le plan annexé aux stat

Site des premiers ateliers de l’usine du Familistère sur le plan annexé aux statuts de 1880 de l’Association coopérative du capital et du travail. Collection Familistère de Guise.

L'usine du Familistère

Vue des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire.
Photographie anonyme, vers 1865.
Épreuve au gélatinochlorure d'argent (aristotype).
H. 7,4 x L. 9,7 cm.
Familistère de Guise (inv. 1976-1-13).

Godin transfère en 1846 ses ateliers d’Esquéhéries, son village natal, à Guise, dans un faubourg au nord de la ville, sur la rive droite de l’Oise. Cette implantation à l’extérieur du centre de Guise lui permet d’envisager d’étendre ses installations sur les vastes terrains disponibles. Douze ans plus tard, Godin entreprend un développement important du site industriel, comme il le décrit dans une lettre du 9 septembre 1869 à V. Grouselle : « C’est de l’année 1858 que les constructions industrielles que je fis édifier commencèrent à donner à mon établissement une importance de premier ordre. Ces constructions des bâtiments d’usine furent terminées dans leurs halles principales en 1861. L’établissement primitif n’était plus qu’une annexe du nouvel établissement. Trois hectares étaient alors couverts de bâtiments. J’avais ainsi en peu de temps considérablement augmenté ma production. »