La photographie montre une vente de pain dans l'épicerie du Familistère

Le dépôt de pain dans l’épicerie du Familistère de Guise. Photographie anonyme, 1900. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-532). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

verso de la photographie montrant le dépôt de pain dans l'épicerie du Familistèr

Le dépôt de pain dans l’épicerie du Familistère de Guise. Photographie anonyme, 1900 (verso). Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-532). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Le dépôt de pain dans l’épicerie du Familistère de Guise

Photographe :

anonyme

Lieu :

Guise

Date : 1900
Technique : épreuve photographique sur papier au gélatino-chlorure d'argent (aristotype)
Mesures : H. 10,5 x 17 cm
Inscriptions :

manuscrit au stylobille noir sur le carton de montage : « 1886 ».

Domaine :

photographie

Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 1976-1-532
Notice :

En 1886, un four de boulangerie est construit dans l’économat du Familistère. Jusqu’alors, les boulangers de la ville approvisionnaient le Palais social. Avec la construction de nouveaux logements après 1880, l’accroissement de la population du Palais social (de 1 200 personnes en 1880, elle s’élève à 1 750 personnes en 1885), donne un intérêt économique à la construction d’un four de boulangerie. En 1892, on produit 700 à 800 kg de pain par jour au Familistère, principalement sous forme de couronnes, préférées aux pains longs dans la région.

La vente du pain s’effectue dans l’épicerie, située au rez-de-chaussée du pavillon central du Palais social. Sur la gauche de la photographie, on voit le comptoir de vente où les Familistériennes présentent leur carnet de consommation. La caissière y inscrit les articles achetés et le montant de la vente après avoir vérifié qu’il est suffisamment crédité. Au fond, se trouve un employé des magasins du Familistère, et, au premier plan, le responsable.

La photographie est reproduite sous le titre « La caisse et le comptoir du pain, à l’épicerie » dans la brochure Le Familistère illustré. Résultats de vingt ans d’association. 1880-1900, éditée en 1900.

Sources et bibliographie :
Paris, Bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers, fonds Godin : lettre de Godin à Trochu, 29 octobre 1884 ; lettre de Godin à Henri Vogelweith, 27 janvier 1886.
Guise, archives du Familistère de Guise : catalogue manuscrit du musée de la Société du Familistère de Guise, sans date, fol. 157, n°5344.
Bernardot (François), Le Familistère de Guise, Association du Capital et du Travail et son fondateur, Jean-Baptiste André Godin. Étude faite au nom de la Société du Familistère de Guise Dequenne & Cie, deuxième édition, Guise, Imprimerie de E. Barré, 1893, p. 245.
[Dallet (Émilie), Fabre (Auguste), Prudhommeaux (Jules)], Le Familistère illustré. Résultat de vingt ans d’association. 1880-1900, Paris, Guillaumin & Cie, [1900], fig. 15, p. 33.

Mots-clés : femme ; pavillon central du Palais social ; homme ; épicerie du Familistère de Guise ; pain
Œuvres en rapport :

L'épicerie du Familistère de Guise

Notice mise en ligne le 05/08/2018. Notice modifiée le 07/11/2018.