La photographie montre un fondeur au travail dans l’usine Godin SA de Guise.

Coulée de fonte sur une chaîne de moulage de l'usine Godin SA de Guise. Photographie Georges Fessy, 2003.

Cette photographie montre un poêle en fonte de fer fabriqué par la manufacture d

Un des premiers appareils fabriqués par la manufacture Godin-Lemaire en 1840 (un poêle à four). Photographie anonyme, deuxième moitié du XIXe s. Collection Familistère de Guise.

Le plan décrit l’état du Palais social et de l’usine du Familistère de Guise en

Plan du Familistère et de son usine, extrait des statuts de l’Association coopérative du capital et du travail, août 1880 (détail). Collection Familistère de Guise.

Cette vue en plongée, prise dans l’usine du Familistère,  est centrée sur un ens

Une série de « Petit Godin » dans l’atelier de montage de l’usine du Familistère de Guise. Photographie anonyme, 1922. Collection Familistère de Guise.

La photographie en plongée embrasse l’ensemble du personnel de l’usine du Famili

Le personnel de l'usine du Familistère de Guise. Photographie De Jongh Frères, 1899. Collection Familistère de Guise.

L’ensemble du personnel de l’usine du Familistère de Laeken à Bruxelles pose pou

Le personnel de l’usine du Familistère de Laeken. Photographie anonyme, 1893. Collection Familistère de Guise.

La peinture représente l’usine du Familistère de Guise vue à vol d’oiseau.

Vue de l’usine du Familistère de Guise. Huile sur toile, L. Demeulenaere, 1924. Collection Familistère de Guise.

La photographie aérienne montre les ateliers industriels et l’habitation du Fami

Vue aérienne du Familistère de Laeken, au bord du canal de Willebroek. Photographie anonyme, 1930. Collection Familistère de Guise.

Les usines du Familistère

La possibilité du Familistère tient à la prospérité industrielle. Mais cette dernière n'a de sens, dans l'esprit des premiers coopérateurs, que pour soutenir la transformation sociale. Deux importantes usines sont créées à Guise et à Bruxelles. Celle de Guise est toujours en activité. 

Godin-Lemaire à Esquéhéries et à Guise

Monsieur Godin-Lemaire, ainsi qu’on appelle alors le créateur de la manufacture d’appareils de chauffage et de cuisson, est autorisé en 1846 à installer une fonderie dans un faubourg de Guise. Pour les époux Godin-Lemaire, qui occupaient une vingtaine d’ouvriers dans leur village d’Esquéhéries et qui cherchent à développer leur activité, la petite ville de 4 000 habitants est le centre d’un bassin de main d’œuvre intéressant, exploité jusque-là par l’industrie textile. À la fin du XIXe siècle, la manufacture emploie près de 1 200 personnes ; la population de la ville s’élève alors à 7 500 habitants. Au seuil de la crise de 1930, plus de 2 000 personnes travaillent à l’usine de Guise.

L’usine de Laeken

La création d’une succursale industrielle à Bruxelles, établie à Laeken en 1858, donne la possibilité à l’entreprise d’accéder plus facilement aux marchés de Belgique et des Pays-Bas. L’établissement de Laeken offre aussi à l’industriel phalanstérien une solution de repli dans le cas où il serait inquiété par le gouvernement du Second Empire. L’usine belge se développe de façon importante, sans comparaison toutefois avec celle de Guise, à cause d’un parcellaire contraint et de l’éloignement du centre des décisions. En 1891, les ateliers de Laeken font travailler 263 ouvriers et employés. En 1930, la Société du Familistère emploie 459 personnes dans son usine bruxelloise.

 

Voir aussi sur le site :
Le Familistère par l'image : L'usine du Familistère
Le Familistère par l'image : L'usine du Familistère après 1918