L'affiche représente un diable armé d'une fourche apparaissant dans des flammes.

Affiche « Godin a domestiqué le feu ». Lithographie d’après un dessin de Jean Lachaux ; imprimerie Léon Nuez à Lille et à Paris, 1933. Collection Familistère de Guise.

L'en-tête de papier à lettres de l'usine du Familistère porte la raison sociale

En-tête de papier à lettres des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire. Imprimé, 1875. Collection Familistère de Guise.

L'en-tête de papier à lettres de l'usine du Familistère porte la raison sociale

En-tête de papier à lettres des usines de la Société du Familistère de Guise. Imprimé, 2 juillet 1888. Collection Familistère de Guise.

La photographie montre les mouleurs devant les cubilots de l'usine du Familistèr

Ouvriers devant les cubilots de l’atelier de moulage mécanique de Guise, dévasté en 1917. Photographie anonyme, vers 1922. Collection Familistère de Guise.

La photographie montre les ouvriers en grève devant l’usine du Familistère de Gu

Grève des ouvriers devant l’usine du Familistère de Guise. Photographie anonyme, 25 novembre 1929. Collection Familistère de Guise.

C'est la photographie la plus ancienne d'un groupe d'ouvrier de l'usine du Famil

Le personnel de l’atelier de fonderie de l’usine du Familistère de Guise. Photographie anonyme, vers 1875. Collection Familistère de Guise.

La sortie du personnel de l’usine du Familistère en direction du Palais social,

Sortie du personnel de l’usine du Familistère en direction du Palais social. Photographie anonyme, après 1920. Collection Familistère de Guise.

Chronologie : l'industrie

1840

Godin fonde un atelier de serrurerie-fumisterie dans son village natal, à Esquéhéries (Aisne). Le 15 juillet, il dépose un brevet d’invention d’une durée de dix ans pour la fabrication d’un poêle à charbon en fonte de fer. Les manufactures et fonderies portent le nom des époux Godin-Lemaire.

1846

Godin transfère ses ateliers à Guise. Création de la caisse de secours mutuels des travailleurs de l’usine, suivie par la fondation d’autres institutions de prévoyance : caisses d’assurance contre la maladie (1860), de secours pour les dames (1867), de pharmacie (1870), de pension et d’invalidité (1872).

1856

Les Fonderies et manufactures Godin-Lemaire emploient 200 personnes à Guise.

1858

Installation d’ateliers à Laeken (Bruxelles).

1862

Les Fonderies et manufactures Godin-Lemaire participent à l’Exposition universelle de Londres. Godin dépose un brevet d’invention pour l’émaillage polychrome de la fonte.

1867

Les Fonderies et manufactures Godin-Lemaire obtiennent une médaille d’argent (appareils de chauffage) à l’Exposition universelle de Paris. Le personnel de l’usine de Guise comprend 900 personnes. La manufacture assure l’expédition de 60 000 appareils par an.

1869

Godin mentionne parmi ses principaux concurrents : les Forges et fonderies de Sougland dans l’Aisne, Corneau Frères (futur Deville) à Charleville, Boucher & Cie à Fumay, Faure à Revin, les Forges et fonderies de Saint-Nicolas à Revin, Wendel à Hayange, Gendarme à Monthermé, Barbezat et Cie à Osne-le-Val.

1878

Installation de l’atelier de moulage mécanique à Guise. Les Fonderies et manufactures Godin sont récompensées par une médaille d’or (appareils de chauffage) et une médaille d’argent (articles de quincaillerie) à l’Exposition universelle de Paris.

1880

Fondation de la Société du Familistère (Association coopérative du capital et du travail) : la raison sociale de la manufacture devient « Godin & Cie ».

1887

Premiers appareils de cuisson et de chauffage au gaz.

1888

Après le décès de Godin, Marie Moret est élue administrateur-gérant de la Société du Familistère (janvier-juillet 1888). François Dequenne lui succède de 1888 à 1897. La raison sociale de l’entreprise devient « Marie Moret veuve Godin & Cie » puis « Dequenne & Cie ».

1889

Les Fonderies et manufactures du Familistère obtiennent deux médailles d’or (appareils de chauffage et économie sociale) à l’Exposition universelle de Paris.

1895

Premiers appareils de chauffage fonctionnant à l’électricité.

1897

Louis-Victor Colin est élu administrateur-gérant de la Société du Familistère « Colin & Cie ». Il reste en fonction jusque 1933.

1900

La Société du Familistère construit une voie de chemin de fer entre l’usine de Guise et la gare de Guise (ouverte en 1875). La Société du Familistère de Guise reçoit le Grand prix d’économie sociale dans la section de la participation aux bénéfices de l’Exposition universelle de Paris.

1914

Les usines produisent plus de 4 000 modèles d'appareils, d'accessoires et ustensiles ; le catalogue de la manufacture est un volume de 480 pages. 165 640 appareils de chauffage ou de cuisine ont été expédiés par l'usine de Guise et 45 902 par celle de Laeken au cours de l'exercice 1913-1914.

1917

L’usine est dévastée par l’armée allemande.

1925

Achèvement de la reconstruction des ateliers de Guise après la Grande Guerre.

1929

Nombre record de salariés de la Société du Familistère : 2040 personnes à l’usine de Guise et 459 à l’usine de Laeken. Grève des ouvriers de l’usine de Guise en novembre et décembre pour des revendications salariales.

1934

René Rabaux est élu administreur-gérant de la Société du Familistère « Rabaux & Cie ». Contesté par l’assemblée générale des associés, il doit abandonner ses fonctions en 1954.

1936

Point culminant de la crise de surproduction entraînant des licenciements depuis 1930.

1941

L’usine honore des commandes d’industriels allemands suivant les accords passés avec l’occupant par le gouvernement de Vichy.

1951

Le chiffre d’affaires de la Société du Familistère la place au troisième rang des fabricants français d'appareillage ménager. L’usine de Guise commence à produire des réfrigérateurs.

1955

Raymond Anstell est élu administrateur-gérant de la Société du Familistère « Anstell & Cie ».

1957

Avec l’ouverture du marché commun, la Société du Familistère subit la concurrence étrangère, allemande et italienne principalement.

1968

Dissolution de l’Association coopérative du capital et du travail ; les ateliers de Laeken sont vendus ; l’usine de Guise poursuit son activité sous la raison sociale Godin SA, une société anonyme contrôlée par les actionnaires de Le Creuset.

1988

L’usine est rachetée par le groupe Les Cheminées Philippe qui entreprend la modernisation de la fonderie.

2005

Grève des salariés de l’usine de Guise pour des revendications économiques et sociales.

2014

Les ateliers de Laeken sont détruits pour laisser place à un centre commercial.

2017

Godin SA est un des premiers fabricants français de poêles à bois. L’usine de Guise emploie 240 personnes.