La photographie montre une coulée de fonte dans la fonderie.

Une coulée de fonte dans la fonderie de l’usine du Familistère. Photographie anonyme, vers 1900. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2016-7-1.77). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

La photographie montre une coulée de fonte dans la fonderie

Une coulée de fonte dans la fonderie de l’usine du Familistère. Photographie anonyme, vers 1900. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2016-7-1.77). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Une coulée de fonte dans la fonderie de l’usine du Familistère

Photographe :

anonyme

Lieu :

Guise

Date : vers 1900
Technique : carton ; épreuve photographique sur papier au gélatino-bromure d'argent
Mesures : H. 13 x 18 cm (épreuve)
Domaine :

photographie

Acquisition : don Cédric Hasler, 2016 (ancienne bibliothèque d’Auguste Fabre).
Inventaire n° : 2016-7-1.77
Notice :

La photographie est reproduite (en sens inversé) dans la brochure Le Familistère illustré…, éditée en 1900 : « [La vue] nous conduit à la fonderie devant l’un des quatre cubilots. Quelques mouleurs sont là, armés de leur « louche » qu’ils vont emplir à tour de rôle au jet de fonte en fusion, pour en verser ensuite le contenu dans des moules en sable tels que celui qui figure au premier plan. »

Le cubilot est un grand four vertical dans lequel sont placés les blocs de fonte de fer et d’autres métaux, qu’on porte à une température avoisinant 1500 degrés. L’alliage en fusion coule à la base du four. Lorsque la coulée est en cours, le travail est ininterrompu. Sous la conduite du surveillant d’atelier, les mouleurs, chaussés de sabot mais simplement vêtu d’un pantalon et d’une chemise, font la queue pour recueillir le métal liquide dans leur louche en fonte. Ils le versent ensuite dans les trous de coulée réservés sur le dessus des moules en sable préparés dans des châssis en bois ou en métal et qui contiennent en creux les formes des pièces. Les mouleurs répètent l’opération plusieurs dizaines de fois dans la journée. L’atelier est couvert du sable noir servant à confectionner les moules. La grue au premier plan permet de déplacer les châssis.

La planche fait partie d’un album photographique comprenant 99 vues du Familistère, constitué vers 1900, que posséda Auguste Fabre (1839-1922), ancien associé de l’Association coopérative du capital et du travail, proche de Marie Moret, veuve de Jean-Baptiste André Godin, et fondateur du mouvement coopératif dit « École de Nîmes ».

Sources et bibliographie :
[Dallet (Émilie), Fabre (Auguste), Prudhommeaux (Jules)], Le Familistère illustré. Résultat de vingt ans d’association. 1880-1900, Paris, Guillaumin & Cie, [1900], p. 53, fig. 37.

Mots-clés : ouvrier ; usine du Familistère de Guise ; fonderie
Œuvres en rapport :

Moulage d’une baignoire dans la fonderie de l’usine du Familistère de Guise

Notice mise en ligne le 21/10/2018. Notice modifiée le 31/10/2018.