La photographie montre un groupe d'ouvriers de la fonderie du Familistère avec u

Un groupe d’ouvriers de la fonderie de l’usine du Familistère de Guise. Photographie de Jongh frères, 1899. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-436). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Verso du portrait d'ouvriers de la fonderie avec une ouvrière.

Un groupe d’ouvriers de la fonderie de l’usine du Familistère de Guise. Photographie de Jongh frères, 1899. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-436). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Un groupe d’ouvriers de la fonderie de l’usine du Familistère de Guise

Photographe :

Jongh (frères de)

Originaires de Lausanne, Édouard (1859-1926), Francis (1864-1928) et Auguste de Jongh, s'associent et ouvrent en 1879 un atelier de photographie à Neuilly sous le nom « de Jongh frères ». En 1903, ils cèdent leur fonds et retournent en Suisse.

Lieu :

Guise

Date : 1899
Technique : épreuve photographique sur papier albuminé ; verni au collodion
Mesures : H. 14,5 ; L. 23 cm
Inscriptions :

sur le recto, manuscrit sur le négatif « 40.089 ».

Domaine :

photographie

Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 1976-1-436
Notice :

La présence d’une femme sur cette image est exceptionnelle. Elle est l’unique ouvrière représentée au XIXe siècle parmi les groupes de travailleurs de l’usine du Familistère. Sa situation singulière est soulignée par le geste protecteur de son camarade d’atelier. Les travailleuses industrielles sont peu nombreuses, mais la manufacture emploie tout de même à Guise 78 femmes en 1899, sur un effectif total de 1336 personnes : 29 d’entre elles ont entre 14 et 21 ans tandis que 49 ont plus de 21 ans. On ne connaît pas leur répartition dans les ateliers. Elles doivent être occupées dans l’atelier de décoration sur émail, certaines dans les bureaux, d’autres travaillent dans la fonderie au dessablage des pièces sorties du moule, ce qu’on appelle le « râpage », comme l’ouvrière de la photographie, qui tient une brosse à la main. Le journal du Familistère, Le Devoir, indique qu'une cinquantaine de femmes occupent cet emploi à l’usine en 1882.

La photographie fait partie d’une série de portraits collectifs d’ouvriers et d’employés du Familistère de Guise, que les frères de Jongh, photographes à Neuilly-sur-Seine, ont réalisée en 1899. Leur atelier reçoit de la Société du Familistère la commande d’une campagne photographique complète sur le Palais social et l’usine, en vue de l’Exposition universelle de 1900 à Paris. L’Association coopérative du capital et du travail doit être présentée au rez-de-chaussée du Palais des congrès et de l’économie sociale. Les frères de Jongh éditent à cette occasion un album de vues du Familistère. Le carton de montage ou le passe-partout de plusieurs photographies du Familistère par les frères de Jongh (collection Patrick Nicolas) datent le reportage de 1899 (« Société du Familistère | Colin & Cie | 1899 » et « De Jongh Frères phot. | 21 boulevard d’Inkermann Neuilly-Paris »). La numérotation des clichés du reportage, sous la forme « 40.*** », permet d’attribuer à l’atelier des frères de Jongh une centaine de photographies appartenant aux collections du Familistère de Guise.

Sources et bibliographie :
Le Devoir, t. VI, n° 177, 29 janvier 1882, p. 51.
Ancienne maison Godin Colin & Cie, Guise (Aisne), Notice sur la Société du Familistère (association du capital & du travail), Saint-Étienne, Imprimerie, lithographie, papeterie A Waton, [1900], p. 47.
Jongh (frères de), Ancienne Maison Godin. Société du Familistère Colin & Cie. Guise (Aisne), album composé de 20 vues du Familistère (un plan et 19 reproductions de photographies « De Jongh Frères à Neuilly »), [1900].

Mots-clés : portrait ; ouvrier ; femme ; usine du Familistère de Guise ; homme
Œuvres en rapport :

Un groupe d’ouvriers de la fonderie de l’usine du Familistère de Guise

Notice mise en ligne le 01/08/2018. Notice modifiée le 16/11/2018.