La photographie montre l'apprentissage de la marche chez les nourrissons du Fami

Le promenoir de la nourricerie du Familistère. Photographe anonyme, 1904. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-55). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Verso de la photographie représentant le promenoir de la crèche du Familistère.

Le promenoir de la nourricerie du Familistère (verso). Photographe anonyme, 1904. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-55). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Le promenoir de la nourricerie du Familistère

Photographe :

anonyme

Lieu :

Guise

Date : avant 1900
Technique : épreuve photographique sur papier au gélatino-chlorure d'argent (aristotype)
Mesures : H. 12 ; L. 17,2 cm
Inscriptions :

manuscrit au stylobille à encre rouge sur le verso : « Société du Familistère | Godin | nourricerie | 1904 ».

Domaine :

photographie

Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 1976-1-55
Notice :

La crèche du Familistère construite en 1866 est une crèche modèle. Elle est dotée d'un mobilier et d'un matériel spécialement conçu pour le jeune âge. Le promenoir installé dans la nourricerie est une adaptation de la « pouponnière » dessinée par le pédagogue fouriériste Jules Delbruck, dont l’invention est récompensée par une médaille de bronze à l’Exposition des produits de l’agriculture et de l’industrie à Paris en 1849, et qui est à nouveau exposée dans la crèche modèle de l’Exposition universelle de 1867. Il consiste en une galerie elliptique à deux rampes parallèles, auxquelles l’enfant se tient pour faire seul ses premiers pas. La pouponnière permet de délivrer l’enfant des prothèses d’apprentissage de la marche, panier roulant, lisière ou chariot. La partie centrale de la pouponnière sert en outre de parc de jeux et de salle à manger.

La construction du promenoir du Familistère reprend le principe de fabrication du garde-corps des coursives et des escaliers des cours intérieurs des pavillons d’habitation. Une main courante en bois cintrée, au profil arrondi, est supportée par des barreaux cylindriques en fonte de fer d’une hauteur de quarante centimètres environ, espacés d’une douzaine de centimètres et fixés dans le plancher. Le fonctionnement du promenoir est illustré par la photographie qui met en scène des nourrissons d’âges différents, surveillés par deux nourrices, mesdames Roger et Roppé. Les poupées suspendues au-dessus du meuble, que le photographe s’est appliqué à intégrer au cadrage, suggèrent que le promenoir de la nourricerie, comme la pouponnière de Delbruck, est utilisée comme parc de jeux.

Ces jouets, la lumière qui baigne la scène, l’attention bienveillante portée par les nourrices aux enfants, et aussi les jolis berceaux visibles à l’arrière-plan composent un tableau de l’enfance bienheureuse du Familistère, qui contraste avec l’image de l’enfance malheureuse des classes laborieuses au XIXe siècle.

La photographie est reproduite dans Le Familistère illustré..., une brochure publiée à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris en 1900, avec un commentaire sur la pouponnière de Delbruck.

Sources et bibliographie :
Delbruck (Jules), De la pouponnière à l’usage des crèches et des salles d’asile inventée par M. Jules Delbrück, directeur de la Revue de l’éducation nouvelle, Paris, Lacour, 1849.
Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, Paris, Imprimerie nationale, 1850, t. III, p. 861-862.
Godin (Jean-Baptiste André), Solutions sociales, Guise, Les Éditions du Familistère, 2010 (réédition de l’ouvrage paru en 1871), p. 516.
[Dallet (Émilie), Fabre (Auguste), Prudhommeaux (Jules)], Le Familistère illustré. Résultat de vingt ans d’association. 1880-1900, Paris, Guillaumin & Cie, [1900], p. 39.

Mots-clés : enfant ; Roger (Madame) ; nourricerie ; crèche du Familistère de Guise ; Roppé (Madame) ; jouet ; poupée
Œuvres en rapport :

L'intérieur de la nourricerie du Familistère

Notice mise en ligne le 07/07/2018. Notice modifiée le 07/11/2018.