La photographie montre la prairie basse du jardin d'agrément du Familistère.

Le jardin d’agrément du Familistère de Guise. Photographie anonyme, vers 1890. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-279). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Le détail montre la statue.

Le jardin d’agrément du Familistère de Guise (détail). Photographie anonyme, vers 1890. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-279). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Verso de la photographie montrant la prairie basse du jardin du Familistère.

Le jardin d’agrément du Familistère de Guise (verso). Photographie anonyme, vers 1890. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-279). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Le jardin d’agrément du Familistère de Guise

Photographe :

anonyme

Lieu :

Guise

Date : vers 1890
Technique : épreuve photographique sur papier au gélatino-chlorure d'argent (aristotype)
Mesures : H. 12 x 16,8 cm
Domaine :

photographie

Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 1976-1-279
Notice :

La vue, prise du nord vers le sud, montre la prairie basse du jardin d’agrément du Familistère, créé en 1856. À l’arrière-plan apparaissent l’aile gauche du Palais social, les économats et, sur la gauche, la buanderie-piscine. Au milieu des arbres de rapport ou d’ornement, se dresse une statue.

« Les arbres nombreux forment un fond aux mille teintes de vert les plus variées, parcourant toute la gamme de tons depuis le vert bistré jusqu’au vert clair de l’acacia ou du lilas printanier. Sur ce fond multicolore se détachent çà et là, les buissons fleuris des roses, les bassins rocailleux qu’alimentent des jets d’eau, où dans lesquels se jouent au soleil des poissons rouges, et de distance à distance quelques groupes ou statues en terre cuite ou en ciment peint qui l’imite. » (Edmond Fortis, « Voyage autour du Familistère », Le Devoir, t. V, 6 novembre 1881, p. 714-716).

La sculpture est probablement la représentation de l’une des saisons en ciment peint à l’imitation de la terre cuite, qui faisaient partie du mobilier du jardin. Le journal du Familistère, Le Devoir, indique que les sculptures du jardin proviennent des ateliers Visseaux à Paris, du nom d’un mouleur éditeur de moulages de sculptures anciennes et contemporaines.

La photographie est datée vers 1890 dans le catalogue du musée de la Société du Familistère de Guise.

Sources et bibliographie :
Guise, archives du Familistère de Guise : catalogue manuscrit du musée de la Société du Familistère de Guise, sans date, fol. 164, n° 5610.
Fortis (Edmond), « Voyage autour du Familistère », Le Devoir, t. V, 6 novembre 1881, p. 714-716.

Mots-clés : aile gauche du Palais social ; statue ; buanderie du Familistère ; jardin d'agrément du Familistère de Guise
Œuvres en rapport :

Le jardin d’agrément du Familistère de Guise

Notice mise en ligne le 01/10/2018. Notice modifiée le 08/11/2018.