Photographie du torréfacteur n° 2 : l’appareil en fonte de fer est composé d’une

Torréfacteur n° 2. Collection Familistère de Guise (inv. n 2016-2-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Photographie du torréfacteur n° 2 : l’appareil en fonte de fer est composé d’une

Torréfacteur n° 2. Collection Familistère de Guise (inv. n 2016-2-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Photographie du loquet de blocage de la sphère du torréfacteur n° 2.

Torréfacteur n° 2 (détail : le loquet de blocage de la sphère). Collection Familistère de Guise (inv. n 2016-2-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Photographie de la charnière d’ouverture de la sphère du torréfacteur n° 2.

Torréfacteur n° 2 (détail : charnière d’ouverture de la sphère). Collection Familistère de Guise (inv. n 2016-2-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Photographie de la marque du fabricant sur le support du torréfacteur n° 2.

Torréfacteur n° 2 (détail : marque du fabricant). Collection Familistère de Guise (inv. n 2016-2-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

La série des torréfacteurs est présentée dans l’album de 1867 des fonderies et m

Extrait de l’Album des meubles de chauffage et de cuisine des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire, 1867. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1999-39-1). Crédit phot. : Familistère de Guise, 2008.

Torréfacteur à café, cacao et chicorée n° 2

Auteur du modèle :

Fonderies et manufactures Godin-Lemaire

Raison sociale de la manufacture d'appareils de chauffage active à Esquéhéries et à Guise, de 1840 à 1880.

Lieu :

Guise

Date : 1867
Fabricant :

Société du Familistère de Guise Godin et Cie

Raison sociale de la Société du Familistère de Guise sous la gérance de Jean-Baptiste André Godin, d'août 1880 à janvier 1888.

Lieu :

Guise

Date : 1880-1888
Technique : fonte de fer ; bois
Mesures : H. 79 ; L. 90 ; P. 66 cm
Inscriptions :

moulé sur le piétement : « Godin & Cie ».

Domaine :

appareil de cuisson

Type : appareil de cuisson
Acquisition : don Patrick Nicolas, 2016.
Inventaire n° : 2016-2-1
Notice :

Le 16 février 1866, Jean-Baptiste André Godin dépose un « Brevet d’invention de quinze années pour un système de construction de torréfacteur à café et autres matières torréfiables ». Des appareils à torréfier fabriqués en tôle emboutie existent sur le marché, explique-t-il à l’appui de sa demande de brevet, « Mais un grand obstacle à ce qu’ils devinssent d’un emploi général résulte du prix élevé auquel les procédés industriels employés à la construction de ces appareils obligeait de les vendre ». Le certificat d’addition déposé le 4 juillet 1866 propose trois améliorations : l’ajout d’une charnière à la liaison de la sphère sur la porte du torréfacteur, d’un cliquet d’arrêt de la rotation de la sphère sortie du poêle, et d’un foyer en terre réfractaire.

Les torréfacteurs nos 1 à 6, d’une contenance de 2,5 à 25 kg, font leur apparition dans l’album de 1867 des Fonderies et Manufacture Godin-Lemaire : « Par leur construction en fonte de fer, ces torréfacteurs sont d’une durée indéfinie, et cependant, elle permet de les livrer à la consommation à un prix bien inférieur à ceux vendus jusqu’à ce jour ». Le catalogue de 1867 en décrit l’emploi : « Par le système (breveté s. g. d. g.) d’après lequel sont établis ces appareils, on opère la torréfaction, la boule ou sphère contenant la matière à torréfier renfermée dans le corps du torréfacteur au-dessus du foyer. Cette torréfaction peut aussi se faire la porte étant ouverte, afin de modérer la chaleur et sans changer la position de la sphère. On peut encore l’enlever du dehors et la tourner en plein air, la laissant reposer sur la porte, de sorte que tous les mouvements possibles se font sans fatigue et sans efforts ; en un mot, la sphère peut prendre toutes les positions nécessaires pour surveiller l’opération, augmenter ou diminuer le degré de chaleur, introduire le café ou le verser, par un demi-tour de la boule, dans le vase destiné à le recevoir. ». Les torréfacteurs figurent dans les catalogues de l’entreprise jusque 1914.

Le torréfacteur n° 2 est un rare exemplaire conservé du modèle de 1867. La mention de la raison sociale « Godin & Cie » sur l’appareil indique qu’il a été fabriqué entre 1880 et 1888, sous le régime de l’Association coopérative du capital et du travail administrée par Jean-Baptiste André Godin.

 

Sources et bibliographie :
Brevet d’invention de quinze années pour un système de construction de torréfacteur à café et autres matières torréfiables, déposé le 16 février 1866 (Courbevoie, Institut national de la propriété industrielle).
Certificat d'addition au brevet du 16 février 1866, déposé le 4 juillet 1866 (Courbevoie, Institut national de la propriété industrielle).
Album des meubles de chauffage et de cuisine de Godin Lemaire, Guise, Imprimerie et lithographie de D. Berthaut, 1867.

Notice mise en ligne le 02/04/2018. Notice modifiée le 12/06/2018.