Le portrait en bronze montre Godin en buste, regardant vers la droite.

Portrait de Jean-Baptiste André Godin, Tony-Noël, 1881. Collection Familistère de Guise (inv. n° D-2005-1-12). Crédit photographique : Familistère de Guise / Bruno Arrigoni, 2001.

Le portrait en bronze montre Godin en buste, regardant vers la droite.

Portrait de Jean-Baptiste André Godin, Tony-Noël, 1881. Collection Familistère de Guise (inv. n° D-2005-1-12). Crédit photographique : Familistère de Guise / Bruno Arrigoni, 2001.

Le portrait en bronze montre Godin en buste, regardant vers la droite.

Portrait de Jean-Baptiste André Godin, Tony-Noël, 1881. Collection Familistère de Guise (inv. n° D-2005-1-12). Crédit photographique : Familistère de Guise / Bruno Arrigoni, 2001.

Portrait de Jean-Baptiste André Godin

Sculpteur :

Noël (Edme-Anthony), dit Tony-Noël

Sculpteur français, né à Paris en 1845 et mort à Villebon-sur-Yvette (Essonne) en 1909.

Lieu :

Paris

Date : 1881
Fondeur :

Barbedienne (Ferdinand)

Fondeur d'art français, né en 1810 à Saint-Martin-de-Fresnay (L'Oudon, Calvados) et mort en 1892 à Paris.

Lieu :

Paris

Technique : marbre ; bronze
Mesures : H. 84 ; L. 65 ; P. 37 cm
Inscriptions :

signé sur le modèle sous l'épaule gauche : « Tony NOËL | sc » ; signé sur le modèle à l'arrière : « F. BARBEDIENNE, Fondeur. Paris | CH. C. » ; gravé en creux sur le devant du piédouche en marbre :  « GODIN | Fondateur du Familistère ».

Domaine :

sculpture

Acquisition : dépôt du conseil départemental de l’Aisne en 2005 (ancienne collection Prudhommeaux).
Inventaire n° : D-2005-1-12
Notice :

En juin 1881, Jean-Baptiste André Godin commande deux bustes au sculpteur Tony-Noël, qu’il a rencontré à Paris : un portrait en marbre de sa compagne Marie-Adèle Moret et un portrait en bronze de lui-même. Le prix convenu est élevé : 3 500 francs pour le buste en marbre et 2 800 francs pour le buste en bronze. Il faut dire que Tony-Noël, qui reçoit le Prix de Rome en 1868, est un statuaire réputé sous la Troisième République. Godin propose à Tony-Noël d’exécuter les modèles en plâtre au Familistère, mais le couple pose vraisemblablement dans l’atelier parisien du sculpteur. Les modèles sont achevés en décembre 1881 : Godin souhaite alors que des retouches soient faites d’après nature. Le buste en marbre de Marie Moret, signé sur le piédouche « T. Noël 1881 », est expédié à Guise en mars 1882. Le portrait en bronze de Godin est livré par le fondeur Ferdinand Barbedienne au mois de juillet suivant.

Les œuvres prennent place dans le salon de l’appartement de l’aile droite du Palais social, dans lequel Godin et Marie Moret ont emménagé il y a quelques mois. C’est sans doute une manière pour le couple d'exposer son union, après le décès en août 1881 de la première épouse de Godin, Esther Lemaire. Sur le buste en marbre, Marie Moret porte d’ailleurs au cou le camée orné d'un portrait de Godin, que celui-ci fait exécuter pour sa compagne en 1878.

Dans une lettre à Tony-Noël du 6 juillet 1881, l’industriel exprime le souhait de conserver les plâtres pour pouvoir les reproduire dans les ateliers de l’usine. On ignore si ce vœu a été exaucé, mais des répliques en bronze du buste de Godin sont utilisées en 1889 pour la statue et le mausolée du fondateur du Familistère, et un moule et une épreuve en plâtre du buste sculpté par Tony-Noël sont mentionnés au Familistère en 1921.

Sources  :
Paris, bibliothèque central du conservatoire national des arts et métiers, fonds Godin, correspondance, FG 15 (21 et 22) : lettres de Godin à Tony-Noël des 23 juin 1881, 6 juillet 1881, 9 décembre 1881, 5 avril 1882 et 11 avril 1882 ; lettre à Ferdinand Barbedienne du 6 juillet 1882.
Archives du Familistère, fonds Nicolas, dossier n° 12 : statue de Godin après 1918.

Mots-clés : Godin (Jean-Baptiste André)
Œuvres en rapport :

Portrait de Marie Moret

Notice mise en ligne le 25/03/2018. Notice modifiée le 12/06/2018.