L'insigne est en tissu vert orné d'un motif doré d'arc et de flèches.

Insigne de président honoraire de la compagnie des archers du Familistère de Guise. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1999-6-72). Crédit photographique : Familistère de Guise / Bruno Arrigoni, 2001.

La photographie montre les archers posant en groupe devant l'aile gauche du Pala

La compagnie des archers du Familistère de Guise. Photographie anonyme, juin 1930. Collection Familistère de Guise (inv. n°  2000-1-157). Crédit photographique : Familistère de Guise.

La vue du plan-relief du Familistère est centrée sur le jeu d'arc.

Plan-relief du Familistère : le jeu d'arc. L. Demeulenaere, 1931. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1999-6-82). Crédit photographique : Familistère de Guise / Bruno Arrigoni, 2001.

Insigne de président honoraire de la compagnie des archers du Familistère de Guise

Fabricant :

anonyme

Lieu :

France

Date : 1925-1949
Technique : tissu ; fil métallique
Mesures : H. 14,8 ; L. 5 cm
Inscriptions :

inscrit en lettres dorées : « Président | honoraire | compagnie | d’archers | du | Familistère | de | Guise ».

Domaine :
Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 1999-6-72
Notice :

Pour développer, à travers le plaisir commun, le sentiment de solidarité dans la population du Familistère, Godin encourage la création de diverses sociétés d’agrément. Une société musicale est fondée en 1860, une société théâtrale et une compagnie d’archers en 1869, une compagnie de tir à la carabine en 1872 et une société de gymnastique en 1884. Sous la gérance de François Dequenne sont organisées une société d’escrime en1889 et une fanfare en 1892. Ces cercles ont une fonction pédagogique dans la perspective de l’Association coopérative du capital et du travail, puisque leur fonctionnement demande aux Familistériens de s’organiser par eux-mêmes, et qu’elles cultivent l’émulation, cette concurrence pacifique chérie par les fouriéristes. Les sociétés d’agrément servent aussi à mettre en valeur des talents divers, qui s’exercent au profit de la population tout entière à l’occasion de multiples manifestations publiques.

Le jeu d’arc est une tradition très vivace dans le nord de la France, en Picardie en particulier. L’existence d’une compagnie d’archers au Familistère n’est, ainsi, pas surprenante. Un jeu ou jardin d’arc, pour le tir dit « Beursault », avait été aménagé au Palais social avant la Grande Guerre, sur la rive droite de l’Oise, en contrebas du jardin d’agrément. Le jeu est reconstruit après 1918.

Les statuts, règlements et procès-verbaux des réunions de la compagnie ne sont malheureusement pas connus. S’il l’on en juge d’après les photographies connues de la compagnie, c’est au cours de l’entre-deux guerres que la compagnie d’archers du Familistère compte le plus grand nombre de membres. Ils sont 56 à poser en juin 1930 sur un portrait collectif autour de l’administrateur-gérant Louis Victor Colin. Un insigne comparable à celui conservé au Familistère, orné d’un arc et de deux flèches, est, justement, porté par un archer assis au premier plan sur cette photographie (coll. Familistère de Guise, inv. n° 2000-1-157).

Bibliographie :
Bernardot (François), Le Familistère de Guise, Association du Capital et du Travail et son fondateur, Jean-Baptiste André Godin. Étude faite au nom de la Société du Familistère de Guise Dequenne & Cie, deuxième édition, Guise, Imprimerie de E. Barré, 1893, p. 245.

Mots-clés : arc ; flèche

Notice mise en ligne le 29/05/2018. Notice modifiée le 13/06/2018.