La photographie montre l'inauguration de la statue de Godin.

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère. Photographie anonyme, 1889. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1999-1-110). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Détail de la photographie de l'inauguration de la statue de Godin.

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère (détail avec François Dequenne à la tribune). Photographie anonyme, 1889. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-324). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Détail de la photographie de l'inauguration de la statue de Godin

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère. Photographie anonyme, 1889. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-324). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Détail de la photographie de l'inauguration de la statue de Godin.

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère. Photographie anonyme, 1889. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-324). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Verso de la photographie d'inauguration du monument à Godin

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère (verso du carton de montage). Photographie anonyme, 1889. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1976-1-324). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2018.

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère

Photographe :

anonyme

Lieu :

Guise

Date : 2 juin 1889
Technique : carton ; épreuve photographique sur papier albuminé
Mesures : H. 19 x 24,5 cm
Inscriptions :

Manuscrit au crayon et à l’encre violette sur le verso du carton de montage : « Inauguration de la statue | de Godin – 1889 » et « 2 juin ».

Domaine :

photographie

Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 1976-1-324
Notice :

Jean-Baptiste André Godin meurt au Familistère le 15 janvier 1888. Le 29 avril 1888, sous la gérance de Marie Moret veuve Godin, l’Association coopérative du capital et du travail décide d'ériger un monument funéraire sur la tombe du fondateur dans le jardin d’agrément et une statue à son effigie sur la place du Familistère. L’inauguration du mausolée et de la statue a lieu le 2 juin 1889, le jour de la fête du Travail, reportée d’un mois pour l’occasion.

Deux photographies représentent la cérémonie d’inauguration de la statue de Jean-Baptiste André Godin érigée sur la place du Familistère, l’une montrant la statue voilée (inv. n° 1999-1-310) et l’autre la montrant découverte. Le journal du Familistère, Le Devoir, fait le récit de la cérémonie : « Le voile qui recouvre la statue tombe aux accents de la Marseillaise brillamment enlevée par l’Harmonie et écoutée debout par toute l’assistance. Les acclamations partent de tous côtés. L’émotion est à son comble. Des larmes brillent dans les yeux fixés sur l’image du Fondateur du Familistère. Puis les enfants se groupent tout près de la statue de celui qui a tant fait pour eux et dont le geste semble les désigner à la prédilection de l’Association, entonnent de leurs voix si fraîches qui vont droit à l’âme un chœur de circonstance : Le Travail. Les applaudissements ne font pas défaut à nos jeunes exécutants. Le silence se rétablit. M. Dequenne monte à la tribune dressée près de la statue […] » C’est exactement le moment où le photographe, posté à la fenêtre du salon de l’appartement de feu Godin, déclenche la prise de vue. L’administrateur-gérant de la Société du Familistère, François Dequenne, a quitté la chaise qu’il occupait au premier rang de l’estrade des invités, aux côtés du député de l’Aisne Gaston Ganault et du coopérateur anglais Edward Vansittart Neale. Dequenne s’apprête à lire à la tribune un message rédigé par l’ami britannique de Godin au nom de l’Union coopérative de la Grande-Bretagne et de l’Irlande.

Le Devoir décrit la statue telle qu’elle apparaît à la foule : « La statue et le piédestal mesurent ensemble 7,50 m de hauteur ; moitié environ est occupée par la statue qui est en bronze et moitié par le piédestal qui est en pierre de Soignies, Belgique, matière convenable pour résister au climat humide de la région. J.-Bte André Godin est représenté debout, tête nue. La statue rend d’une manière frappante l’attitude profondément pensive, bienveillante et énergique de ce grand apôtre du bien social. Elle est élevée sur la place même du Familistère au point central entre les bâtiments des Ecoles et les palais d’habitation. D'un geste plein de naturel, Godin indique de la main gauche les vastes ateliers de l’Usine comme pour inviter les visiteurs à poursuivre de ce côté leur promenade et à aller voir ce peuple de travailleurs pour lesquels le Familistère a été bâti. De la main droite, il tient des feuilles de manuscrits et une plume ; car on sait que ce grand ouvrier de la main fut aussi un ouvrier de la pensée. Derrière lui, une enclume, un marteau et de longues tenailles rappellent que J.-Bte André Godin a débuté dans la vie en qualité de simple ouvrier serrurier-forgeron. Il est difficile de satisfaire toute une population et cependant telle est la beauté de l’œuvre de MM. Doublemard et Tony-Noël que ce n’a été qu’un cri d’admiration et de reconnaissance, quand la statue s’est dressée pour la première fois sur la place du Familistère. Petits et grands, hommes, femmes, enfants, tous retrouvaient la vivante image de celui dont le souvenir était encore si présent à leur mémoire. Sur la face du piédestal qui regarde le Midi est inscrit en lettres d’or : Jean Baptiste-André Godin fondateur du Familistère l’Association reconnaissante 1888 ». Sur la partie opposée, côté Nord, sont les plans des palais sociaux, de la nourricerie, des écoles et du théâtre […] Dans les deux bas-reliefs figurent les principaux directeurs de l’établissement et quelques-uns des plus anciens travailleurs. On y remarque spécialement le visage énergique et réfléchi de Monsieur Dequenne, l’Administrateur-Gérant actuel de l’Association. »

La statue inaugurée en 1889 est envoyée à la fonte par les Allemands pendant la Grande Guerre. Une réplique, exécutée par Félix Charpentier, ancien élève d’Amédée Doublemard, est inaugurée le 22 septembre 1922.

Sources et bibliographie : 
Le Devoir, t. XIII, 1889, p. 331-359.

Mots-clés : statue ; place du Familistère de Guise ; Dequenne (François) ; foule ; inauguration ; Ganault (Gaston) ; Neale (Edward Vansittart)
Œuvres en rapport :

Cérémonie d’inauguration du monument à Godin sur la place du Familistère

Notice mise en ligne le 18/10/2018. Notice modifiée le 16/01/2019.