Vue de face du calorifère n° 10.

Calorifère n° 10. Fonderies et manufactures Godin-Lemaire, fonte de fer émaillée, modèle de 1863. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2012-5-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Vue de face du calorifère n° 10 avec porte ouverte sur le foyer.

Calorifère n° 10. Fonderies et manufactures Godin-Lemaire, fonte de fer émaillée, modèle de 1863. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2012-5-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Vue du couvercle du calorifère n° 10.

Couvercle du calorifère n° 10. Fonderies et manufactures Godin-Lemaire, fonte de fer émaillée, modèle de 1863. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2012-5-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

La lithographie présente de face le modèle des calorifères numéros 10 à 13.

Le modèle des calorifères nos°10 à 13 dans l’Album des meubles de chauffage et de cuisine de Godin-Lemaire de 1867, p. 153. Coll. Familistère de Guise (inv. n° 1999-39-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2008.

Calorifère n° 10

Auteur du modèle :

Fonderies et manufactures Godin-Lemaire

Raison sociale de la manufacture d'appareils de chauffage active à Esquéhéries et à Guise, de 1840 à 1880.

Lieu :

Guise

Date : 1863
Fabricant :

Société du Familistère de Guise Godin et Cie

Raison sociale de la Société du Familistère de Guise sous la gérance de Jean-Baptiste André Godin, d'août 1880 à janvier 1888.

Lieu :

Guise

Date : 1887-1888
Technique : fonte de fer émaillée
Mesures : H. 74 ; L. 35 ; P. 35 cm
Inscriptions :

moulé sur le couvercle : « Godin & Cie Guise Aisne » ; moulé sur la porte du foyer « 10 ».

Domaine :

appareil de chauffage

Type : calorifère
Acquisition : achat en 2016 avec le concours du conseil départemental de l'Aisne.
Inventaire n° : 2012-5-1
Notice :

Le modèle des calorifères à charbon nos 10 à 13, qui ne diffèrent entre eux que par la taille, apparaît dans l’album de 1863 des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire. Les appareils sont construits avec une enveloppe en fonte de fer indépendante du foyer. De cette façon, « les parties altérables peuvent se renouveler à volonté sans aucun travail à faire au calorifère », indique l’album de 1863 à propos du calorifère n° 9, en présentant cette disposition comme un « nouveau système ». L’enveloppe, très décorée et en partie ajourée, ne se fait qu’en en fonte ordinaire ou en fonte émaillée en noir. Le dessin de la porte de devant est un trompe-l’œil : il simule une porte à deux battants surmontés d’une imposte cintrée.

Les calorifères nos 10 à 13 figurent au catalogue de la manufacture jusqu’en 1914, et à nouveau en 1923. À partir de 1887, les calorifères sont proposés sur socle ou sur pieds.

L’exemplaire du calorifère n° 10 conservé au Familistère de Guise est à pieds, en fonte émaillée en noir. La mention « Godin & Cie », moulée sur le couvercle, indique que l’appareil a été construit par la Société du Familistère sous la gérance de Jean-Baptiste André Godin (1880-1888). L’appareil a ainsi pu être fabriqué en 1887-1888.

Bibliographie :
Album des Fonderies et manufactures Godin-Lemaire, 1863, pl. XXXVIII et XLII.
Album général d’août 1887 des Fonderies et manufactures de la Société du Familistère de Guise Godin & Cie, Paris, Victor Rose imprimeur et graveur, 1887, p. 140.

Notice mise en ligne le 24/04/2018. Notice modifiée le 12/06/2018.