La photographie montre le calorifère de trois-quarts.

Calorifère hygiénique n° 2189 D. Société du Familistère de Guise, modèle de 1921. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2000-2-30). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

La page du catalogue présente les calorifères n° 2188 et 2189
Les calorifères hygiénique n° 2188 et 2189 dans l’album de reconstitution de 1921 de la Société du Familistère de Guise. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1999-9-69). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2008.

Calorifère hygiénique à combustion complète n° 2189 D

Auteur du modèle :

Société du Familistère de Guise Colin et Cie

Raison sociale de la Société du Familistère de Guise sous la gérance de Louis-Victor Colin, de 1897 à 1933.

Lieu :

Guise

Date : 1921
Technique : fonte de fer ; fonte de fer émaillée ; fonte de fer nickelée ; tôle de fer émaillée
Mesures : H. 87 ; L. 35 ; P. 30 cm
Inscriptions :

moulé sur le couvercle du cendrier : « Ancienne Maison Godin » ; moulé sur le dessus du foyer : « 2189 ».

Domaine :

appareil de chauffage

Type : calorifère hygiénique
Acquisition : fonds ancien du musée municipal de Guise, transféré en 2006.
Inventaire n° : 2000-2-30
Notice :

Les modèles de calorifères hygiéniques numéros 188 - 189 et 188 D - 189 D entrent au catalogue de la Société du Familistère de Guise en 1913. L’album général de 1914 les baptise « genre anglais "omnibus" », en référence aux autobus de type « B » construits à partir de 1911 par la London General Omnibus Company, premiers autobus motorisés fabriqués en série dans le monde.

Les plaques modèles de cette série de calorifères sont détruites pendant l’occupation allemande de l’usine du Familistère de Guise en 1914-1918. Les appareils apparaissent à nouveau dans l’album de restitution n° 1 de 1921 de la Société du Familistère de Guise sous les numéros 2188 - 2189 et 2188 D - 2189 D. La modification de la numérotation est justifiée dans un « Avis important » de l’album général de reconstitution n° 5 de 1927 : « De tous les appareils dont les étalons sont disparus pendant la guerre, certains [...] portent maintenant sur le présent album le même numéro augmenté de 2000 [...]. Ces appareils numérotés 2000 sont légèrement plus petits que les anciens ». Si la Société du Familistère choisit de réintroduire les calorifères « omnibus » dans son premier catalogue de l’après-guerre, c’est peut-être parce que les autobus « B » de la LGOC avaient acquis une célébrité en Europe pour avoir servi au transport des troupes britanniques pendant la Grande Guerre.

Les calorifères hygiéniques à combustion complète numéros 188 et 189 (ou 2188 et 2189) se caractérisent par la grande porte du foyer, bombée et fermée par des feuilles de mica transparentes. Le foyer, garni de terre réfractaire, brûle le coke ou l’anthracite. Ils sont fabriqués en fonte émaillée avec une tête en fonte nickelée. Les modèles 2188 D et 2189 D présentent des panneaux décoratifs polychromes sur fond ivoire en tôle émaillée. Les appareils sont toujours présents dans le dernier album général édité par la Société du Familistère de Guise en 1934. L’exemplaire du calorifère 2189 D conservé au Familistère de Guise est émaillé en vert ; ses panneaux présente le décor végétal figuré sur les appareils dans les albums de 1914 et de 1921.

Bibliographie :
Album spécial des appareils de luxe de la Société du Fmailistère de Guise Colin & Cie, Chauny, Imprimerie Emery, 1913, p. 46.
Album général de janvier 1914 de la Société du Familistère de Guise Colin & Cie, Saint-Étienne, Imprimerie Bruyère, 1914, p. 217.
Album de reconstitution n° 1 de la Société du Familistère de Guise Colin & Cie. Avril 1921, Compiègne, Imprimerie L. Émery, 1921, p. 41.
Album de reconstitution n° 5 de la Société du Familistère de Guise Colin & Cie. Mai 1925, 1925, p. 3.

Mots-clés : végétal

Notice mise en ligne le 07/05/2018. Notice modifiée le 13/06/2018.