La photographie montre la façade du calorifère buffet n° 27 A.

Calorifère buffet n° 27 A. Société du Familistère de Guise, modèle de 1887. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2010-7-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Les calorifères buffets dans l’Album général de 1907 de la Société du Familistère, p. 117. Collection Familistère de Guise (inv. n° 1999-9-78). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2008.

La photographie montre le motif de masque ornant un panneau du calorifère.

Détail d'un panneau du calorifère buffet n° 27 A. Société du Familistère de Guise, modèle de 1887. Collection Familistère de Guise (inv. n° 2010-7-1). Crédit photographique : Familistère de Guise, 2015.

Calorifère buffet n° 27 A

Auteur du modèle :

Société du Familistère de Guise Godin et Cie

Raison sociale de la Société du Familistère de Guise sous la gérance de Jean-Baptiste André Godin, d'août 1880 à janvier 1888.

Lieu :

Guise

Date : 1887
Fabricant :

Société du Familistère de Guise Godin et Cie

Raison sociale de la Société du Familistère de Guise sous la gérance de Jean-Baptiste André Godin, d'août 1880 à janvier 1888.

Lieu :

Guise

Date : 1887-1888
Technique : fonte de fer ; fonte de fer émaillée ; fonte de fer nickelée
Mesures : H. 78 ; L. 97 ; P. 44 cm
Inscriptions :

moulé sur le foyer : « Godin & Cie à Guise » : moulé sur l’intérieur des portes : « 27 ».

Domaine :

appareil de chauffage

Type : calorifère
Acquisition : acquis en 2010 avec le concours du conseil départemental de l’Aisne.
Inventaire n° : 2010-7-1
Notice :

L’album général de 1887 de la Société du Familistère de Guise présente de nouveaux calorifères, dits « calorifères buffets », sous les numéros 25 à 27 et 25 A à 27 A. Les appareils, destinés aux maisons bourgeoises, sont décrits dans l’album général de 1887 : « Ces calorifères, de formes élégantes et d’une grande richesse d’ornementation, ont leur place désignée dans les salles à manger. Le foyer, spécial pour l’usage de la houille, du coke et de l’anthracite, a des dimensions suffisantes pour un bon chauffage ; il possède deux portes à coulisses garnies de mica ou de toile métallique qui laissent voir le feu en tout temps ; sur le dessus, se trouve une ouverture fermée par un tampon, sur laquelle on peut faire chauffer et même cuire certains mets ; à cet effet, il suffit de lever la partie ornée du dessus du calorifère, qui est à charnières. De chaque côté du meuble, à droite et à gauche du foyer, se trouve un compartiment appelé chauffe-plats, dans lequel deux tablettes sont disposées pour recevoir les plats et les assiettes qui doivent être tenus chauds. Les nos 25, 26 et 27 portent des panneaux mobiles à ornements saillants pouvant être revêtus d’émaux de toutes couleurs et différents du reste du meuble ; mais ils peuvent, sur demande, être fournis avec les mêmes panneaux, nickelés, ou cuivrés jaune ou rouge. Les nos 25 A, 26 A et 27 A reçoivent des panneaux mobiles à ornements plats, destinés spécialement à être nickelés, ou cuivrés jaune ou rouge. Ils ne se font qu’à buse derrière. » (p. 117) Ces appareils figurent dans les catalogues de la manufacture jusque 1914.

L’exemplaire du calorifère buffet n° 27 A du Familistère de Guise est en fonte de fer émaillée en noir avec des panneaux en fonte de fer nickelés, ornés d’un entrelacs au motif végétal et, en leur centre, d’un médaillon gravé d’un masque grotesque. Les boutons des portes et de la tirette de contrôle de la combustion sont également nickelés. La mention de la raison sociale « Godin & Cie » indique qu’il aurait été fabriqué sous la gérance de Jean-Baptiste André Godin (1880-1888), soit en 1887-1888.

Bibliographie :
Album général d’août 1887 des Fonderies et manufactures de la Société du Familistère de Guise Godin & Cie, Paris, Victor Rose imprimeur et graveur, 1887, p. 116-117.

Mots-clés : végétal ; masque

Notice mise en ligne le 04/05/2018. Notice modifiée le 18/07/2018.