26/06/2020 – 19/07/2021
Le monde rêvé de Pume Bylex, avec Alain Nzuzi Polo

Œuvres choisies

Vue de face d'une sculpture de femme enceinte

Statue Byl ou La Maternité, 1988-1995. Photographie Revue Noire.

Statue Byl ou La Maternité
1988-1995
H. 93,50 x L. 49 x P. 65 cm
Technique mixte, alimentation électrique 220 v.
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « La Statue Byl est la première oeuvre fondatrice de l’univers Bylex par Pume. Elle vient après plusieurs années de maturation depuis 1988 et dont les finitions ont été apportées en 1995. Elle est destinée initialement à devenir une statue de place. D’où le nom de Statue Byl. Ce nom est devenu par la suite La Maternité. Bylex démontre à la face du monde combien la femme est louable. Nous voyons une femme universelle dotée d’un nez mixte, aux yeux asiatiques, d’une tête à la coiffure africaine, d’une bouche rétrécie pour dévoiler une femme qui parle peu. Et ses oreilles ornées de boucles témoignent la présence de l’écoute. Par ailleurs, l’enfant est représenté ici en "foetus". C’est pour dire que tout au début, nous sommes des "riens" : des substances inconscientes dépourvues des paroles. »

Vues de profil et de dos de la Satue Byl :

Vue de la Statue Byl de profil

Vue de face d'une sculpture

Pume Bylex, Globe percé, 2011. Photographie Revue Noire.

Globe percé
2011
H. 94 x L. 92 x P. 51 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « Les ovoïdes du socle : ils représentent les têtes de souris-rongeurs qui viennent dissiper la tranquillité de l’homme. C’est-à-dire, riche ou pauvre, nous sommes accablés par une permanence de soucis qui nous rongent le cœur. »

Vue de face d'une sculpture sous vitrine.

Pume Bylex, L'Humanité prise en Otage, 2015. Photographie Revue Noire.

L'Humanité prise en Otage
2015
H. 43 x L. 38 x P. 22 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait cu commentaire de Pume Bylex : « Ne dépendant des réseaux satellitaires terrestres, le commandant de bord ou l’envoyé spécial du Diable est pourvu d’une antenne télescopique pour communiquer avec son maître "Le Diable" : l’instigateur et l’organisateur de tous les désordres terrestres. »

Vue plongeante de la sculpture

Pume Bylex, La Cité Touristique, 2008. Photographie Revue Noire.

La Cité Touristique
2008
H. 65 x L. 271 x P. 271 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « L'idée maîtresse était de réfléchir, d'imaginer une cité idéale où la race humaine vivrait en paix : en harmonie avec soi-même, avec son prochain, bref avec ce que Bylex appelle "les causes extérieures", c'est-à-dire les gens qui vivent en dehors de soi ! »

Vue du dessus :

Vue de face d'une sculpture sous vitrine.

Pume Bylex, L’Ange-Gardien, 2011. Photographie Revue Noire.

L’Ange-Gardien
2011
H. 60 x L. 38 x P. 20 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « En cette œuvre L’Ange Gardien, la partie majeure c’est le nez. Car le nez c’est l’oxygène ! Tandis que l’oxygène est garanti par Dieu le Tout-Puissant qui est le Maître Absolu du souffle de vie : le Kaliyuga. Lui seul a le pouvoir d’accorder l’oxygène aux humains et aux bêtes. Et Lui seul a le pouvoir de nous retirer ce souffle de vie. Pour ce qui est des images en cette œuvre, l’Ange aux ailes représente le Créateur-Dieu, comme garant du souffle de vie. Dans le sens du visible, à l’exclusion de l’Esprit, les éléments fondamentaux sont : le nez, la bouche, la cervelle et les yeux. »

Vue de face d'une sculpture sous vitrine.

Pume Bylex, Papillon Vampire, 2011. Photographie Revue Noire.

Papillon Vampire
2011
H. 48 x L. 26 x P. 23 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « En ce Siècle dominé par la vitesse technologique, les "Esprits Méchants" ont développé des nouvelles Tactiques pour visiter nos maisons en toute liberté, s’incarnant soit en papillon, en cancrelat, en termites, en chauve-souris, en souris, en mouche, etc. C’est la raison pour laquelle, l’œuvre Papillon-Vampire est dotée des yeux humains. »

Vue de face d'une sculpture sous vitrine.

Pume Bylex, Réconciliation (des Corbeaux et des Martins-Pêcheurs), 1995. Photographie Revue Noire

Réconciliation (des Corbeaux et des Martins-Pêcheurs)
1995
H. 55 x L. 72 x P. 73 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « Pendant une époque très ancienne, les corbeaux et les martins-pêcheurs étaient des grands ennemis jurés, c’est-à-dire ces deux camps adverses se regardaient d’un air revêche ! Fous de rage, ils se détestaient les uns les autres. Il n’y avait jamais eu une bonne cohabitation entre les deux camps, car les oiseaux se disputaient "Le lac". Mais un jour survint où ces oiseaux se sont mis d’accord pour trouver un compromis. Surtout qu’ils avaient peur d’être surpris par les braconniers lors de leurs interminables disputes. "Soyons unis et pêchons ensemble", se sont-ils dit. »

Pume Bylex à Kinshasa en 2012 avec La Réconciliation (phot. Revue Noire) :

Vue de face d'une sculpture sous vitrine.

Pume Bylex, Chaussure Croissante, 1997. Photographie Revue Noire.

Chaussure Croissante
1997
H. 20,75 x L. 37,25 x P. 21 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex :
« Notes de l'artiste sur la Chaussure Croissante ou Transformable :
Chaussure croissante sur maquette (trois âges : versions adulte-adulte, adulte-enfant âgé et femme et version croissance-avant sur l'arrière-plan) avec ses accessoires :
- tissu garni d'éponge pour l'amortissement du talon sur les barrettes de la projection,
- tissu garni d'éponge couvrant les côtés internes des pliages en accordéon,
- petit tournevis pour le détachement de la semelle en aluminium garni de caoutchouc pour permettre le raccordement semelle-cuir. »

Dessins de la Chaussure Croissante :

Vue de face d'une sculpture sous vitrine.

Pume Bylex, Thermos Pingouin, 2011. Photographie Revue Noire.

Thermos Pingouin
2011
H. 43,50 x L. 26,25 x P. 18,25 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « Le pingouin, l’oiseau qui imite l’homme par sa façon de marcher, vient donner un coup de pouce aux créateurs de styles et aux designers. »

Vue de face d'une sculpture

Pume Bylex, La Table Scoopique, 2010. Photographie Revue Noire

La Table Scoopique
2010
H. 60 x L. 207 x P. 48 cm
Technique mixte
Collection Revue Noire

Extrait du commentaire de Pume Bylex : « Cette table dont la concavité des ailes est tournée vers la face, c’est pour désigner son centre d’intérêt. C’est-à-dire le progrès scientifique… Chaque tiroir désigne une époque. Chaque époque permet de faire avancer la suivante. »

Dessin de la Table Scoopique :

Notice mise en ligne le 09/01/2020.