Conversation de Stéphane Thidet avec les charpentiers Antoine Dartois et Michel Lamarque. Photographie Familistère de Guise

Le moulin de La chambre d'eau au Favril.

Le moulin de La chambre d'eau au Favril. Photographie Familistère de Guise.

Le jardin de la presqu'île du Familistère de Guise

Le jardin de la presqu'île du Familistère de Guise. Photographie Georges Fessy.

Préparation de la coupe du frêne du Familistère.

Préparation de la coupe du frêne du Familistère. Photographie Familistère de Guise, mars 2022.

Déplacement du frêne de La chambre d'eau. Photographie Familistère de Guise, mars 2022.

Épure au 5e d'une ferme de la charpente de « Debout, toujours ». Photographie Familistère de Guise.

Construction de la charpente de « Debout, toujours » par Antoine Dartois et Michel Lamarque. Photographie Familistère de Guise.

Installation des pieux de fixation de la charpente. Photographie Familistère de Guise, mai 2022.

04/06/2022 – 02/10/2022
« Debout, toujours » de Stéphane Thidet

Présentation

Ici, un moulin au milieu des prairies et là, un vaste palais de briques. Au nord, un lieu atypique de résidence d’artistes, au sud un musée de site habité. Deux utopies concrètes d’aujourd’hui et d’hier : l’urbanité à la campagne, l’art, la culture et le travail au pays du bocage, la résistance du monde rural. Du Favril à Guise, une ligne d’eau – le canal de la Sambre à l’Oise – et 25 kilomètres de haies bocagères. Un même paysage, mais des horizons différents de part et d’autre d’une frontière départementale.

Deux arbres coupés. L’un sur le site de La chambre d’eau au Favril dans le Nord. L’autre dans le parc du Familistère de Guise, dans l’Aisne. Deux interventions in situ qui se répondent en écho et résonnent avec chacun des lieux, distants de 25 km. Déjouant la gravité, les arbres sont relevés grâce à une construction savante qui les maintient de façon artificielle à la verticale. Parce qu’il est difficile d’habiter le monde, Stéphane Thidet provoque des déplacements dans l’ordre des choses, des détournements du réel. « Debout, toujours » interroge le travail avec le vivant : comment brandir un arbre (élément) par le moyen d’un autre arbre (matériau). L’utopie réside dans le pouvoir du geste. La forme de l’œuvre advient, elle, dans le dialogue de l’artiste avec ses constructeurs.

Une co-production du Familistère de Guise et de La chambre d’eau avec le concours de lille3000 pour Utopia (14 mai - 2 octobre 2022)

Charpente conçue et réalisée avec Stéphane Thidet par Antoine Dartois (Coop Toerana habitat) et Michel Lamarque.

 

La chambre d’eau (Le Favril, Nord)

La chambre d’eau est une structure régionale, implantée en Avesnois (Hauts-de-France) dont l’objet est le développement culturel des territoires et le soutien à la création artistique interrogeant des problématiques territoriales. Le projet de la structure se singularise par sa volonté de mettre en relation la création artistique contemporaine pluridisciplinaire avec les territoires en créant les conditions nécessaires à des processus de création artistique fondés sur un échange entre artistes, territoires et habitants.

 

UTOPIA - lille3000

Du 14 mai au 02 octobre 2022

En 2004, Lille devenait capitale européenne de la culture. Cet événement hors normes a durablement changé la ville, la région et son dynamisme culturel. Depuis 2006, lille3000 poursuit le travail engagé en 2004 avec ses grandes éditions thématiques. Après Bombaysers de Lille (2006), Europe XXL (2009), Fantastic (2012), Renaissance (2015) et Eldorado (2019), Utopia, la 6e édition thématique de lille3000, se tient du 14 mai au 2 octobre 2022 dans la Métropole Européenne de Lille, l’Eurométropole et la Région Hauts-de-France.

« Utopia » est un néologisme grec formé par l’écrivain anglais Thomas More qui désigne habituellement un idéal inexistant ou inaccessible. À l’heure du changement climatique et des enjeux environnementaux, Utopia s’intéressera aux liens qui unissent l’Homme aux vivants.

 

Notice créée le 09/05/2022.