20 octobre 2020

Bylex par Bylex : Tête de braconnier

De nos jours, la nature revaille que l’homme moderne est le plus grand ennemi de la survie des animaux. Comme message : Ne soyons pas une menace pour les animaux. Car ils ont eux aussi droit à la vie.

Vue de côté de la sculpture Compagnon de voyage

Pume Bylex, Tête de Braconnier, 2018. Photographie Revue Noire.

 

Dès nos jours, la nature revaille que l’homme moderne est le plus grand ennemi de la survie des animaux.

À cette ère de la vitesse, les animaux sauvages, poissons et oiseaux exotiques sont menacés d’extinction.

Cela étant, l’œuvre « tête de braconnier » vient illustrer le braconnage où les animaux sont à la merci de leurs prédateurs : en l’occurrence les braconniers au cœur gourde, qui veulent tout prendre ; même les oisillons ne sont pas épargnés. En ce qui concerne les facettes de cette œuvre « Tête de braconnier », primo : cet œuvre est réalisée par une géométrie irrégulière ; raison pour laquelle nous voyons la présence des triangles, des losanges, des hexagones..., qui viennent souligner les tactiques utilisées par les braconniers ultramodernes qui veulent à tout prix exterminer les oiseaux, surtout exotiques, au-delà de tout concept. Bylex présente ici les oiseaux qui ont peur des braconniers. Et se font l’idée de se transformer en tortue, en vue d’avoir une maison pérennante en cas de déplacement en détresse.

Et par ailleurs, cette même tortue représente le chapeau du braconnier. Tandis que le fusil est représenté dans la bouche du braconnier pour révéler sa parole menaçante d’extermination d’animaux, les traquant jusqu’aux recoins de Rampart.

Comme message, ne soyons pas une menace pour les animaux. Car ils ont eux aussi droit à la vie.

signé Pume-Bylex

À découvrir dans l'exposition « Le monde rêvé de Pume Bylex, avec Alain Nzuzi Polo », jusqu'au 19 juillet 2021 au Familistère de Guise.

Pour en savoir davantage sur l'exposition.