4 août 2020

Bylex par Bylex : La cité touristique

Au début, il y a la Science, Dieu, la Femme pour fonder la Cité qui doit se plier à toutes les fonctionnalités de la vie ensemble. Bylex en sera l’inventeur éclairé.

Vue de la sculpture La Cité Touristique

Pume Bylex, La Cité Touristique, 2008 (65 x 271 x 271 cm). Photographie Revue Noire 

Le concept de la "Cité-Touristique" remonte vers les années 1988. Année à laquelle la conception de la "Cité-Touristique" s'est élaborée.
L'idée maîtresse était de réfléchir, d'imaginer une cité idéale où la race humaine vivrait en paix : en harmonie avec soi-même, avec son prochain, bref avec ce que Bylex appelle « les causes extérieures », c'est-à-dire les gens qui vivent en dehors de soi !
Partant de cette logique, il s'est avéré nécessaire que les analyses soient faites pour donner à ce concept un sens. On devrait se faire « penseur » pour réaliser la « Cité-Touristique » avec aisance et perfection.
Il fallait tout prévoir aux moindres détails sur les normes de sa faisabilité. Tout en pensant aussi bien à réaliser des zones de « Radars-solaires » pour surveiller toutes manœuvres des visiteurs.
Tandis que collectionner toutes les données nécessaires n'était pas chose très facile !
Mais plutôt d'extrême difficulté, car il fallait prendre les précautions nécessaires. Le cerveau Bylex, par sa boite de conception, a permis d'éviter tout état des ratés.
Chemin faisant en la « Cité-Touristique », la partie centrale ou « Dôme royal » sera érigée au centre comme un grand temple universel, un grand centre des recueillements, des réflexions et aussi des analyses scientifiques.
Là où les hommes et les femmes des différentes catégories, des différentes professions religieuses, des différentes cultures, des différents métiers, vont se côtoyer.
Dans le « Dôme royal », on apercevra les scientistes et les scientifiques se nouer les coudes, les chrétiens et les païens se serrer la main.
Cette symbiose multi-culturelle réduira de moitié « la teneur de la haine ».
En outre, la prévoyance sur les « kamikazes » n'est pas en reste : c'est la raison pour laquelle tous les immeubles-hôtels de la « Cité-Touristique » auront un système d'hyper-protection. Ils seront dotés de lunettes pare-balles de 8 mm d'épaisseur.
Et en plus de cela, la présence de verres dominera sur celle des murs en béton, en vue d'une permanence de la vue panoramique. Par contre, les macadams traverseront l'entrée des immeubles-hôtels pour permettre que ces derniers soient reliés en un seul bloc. Et afin de permettre aux visiteurs de  la « Cité-Touristique » de visiter tous les immeubles-hôtels sans trop de détour.    

signé Pume Bylex

Vue de de la Cité Touristique

Pume Bylex, La Cité Touristique, 2008 (65 x 271 x 271 cm). Photographie Revue Noire 

A découvrir dans l'exposition « Le monde rêvé de Pume Bylex, avec Alain Nzuzi Polo », jusqu'au 19 juillet 2021 au Familistère de Guise.

Pour en savoir davantage sur l'exposition.