16 octobre 2020

Bylex par Bylex : Compagnon de voyage

Tout au long de l'histoire, l’expérience humaine révèle que la personne sensée prévoyait toujours un objet de grande estime en vue de l’accompagner partout pour ses déplacements.

Vue de côté de la sculpture Compagnon de voyage

Pume Bylex, Compagnon de Voyage, 2018. Photographie Revue Noire.

 

Tout au long de l’histoire, l’expérience humaine révèle que la personne censée prévoyait toujours un objet de grande estime en vue de l’accompagner partout pour ses déplacements.

Cet objet, en l’occurrence « la mallette » devait accompagner son propriétaire tout au long du voyage. Tellement que le propriétaire devait la méditer dans son mental, faisant corps avec sa mallette. Cette mallette ne devait pas le quitter d’une semaine.

À travers cette sculpture, « Compagnon de Voyage », la mallette et la tête s’associent, faisant un seul bloc pour démontrer qu’ils ne peuvent se séparer l’un de l’autre.

À l’époque actuelle l’homme modèle prévoit dans sa mallette : un ordinateur portable, sa carte bancaire, son téléphone portable, ses documents de liaison tels que passeport, billet d’avion, assurance maladie, sans oublier l’argent liquide.

Tandis que l’homme antique, quant à lui, ne revoyait que sa judiciaire.

signé Pume-Bylex

À découvrir dans l'exposition « Le monde rêvé de Pume Bylex, avec Alain Nzuzi Polo », jusqu'au 19 juillet 2021 au Familistère de Guise.

Pour en savoir davantage sur l'exposition.