LE MUSÉE DE SITE

Le musée n’est pas une parenthèse dans la ville. Le Familistère n’est pas une friche. Le site est ouvert, il est habité, il est un axe de circulation nécessaire à la ville, il accueille des services municipaux. Plutôt que d’appréhender cette réalité comme une contrainte subie, le programme a fait de la mixité des usages un principe influant sur la conception et la gestion des équipements.

Le musée, dont la création est inscrite dans le programme de valorisation du Familistère, est un musée de site. Á ce titre, il s’attache à présenter un lieu, ses usages et ses significations. Il prend en compte l’ensemble d’un territoire avec ses espaces bâtis ou non bâtis, et l’ensemble d’une histoire industrielle, sociale et idéologique. Le musée est dans les jardins aussi bien que dans les salles d’exposition permanente. Il propose une interprétation complexe du site et appréhende toutes les facettes de l’incomparable expérimentation : biographique, industrielle, économique, sociale, politique, architecturale, hygiéniste, éducative. Il met en perspective l’aventure familistérienne avec les expérimentations européennes et américaines aux XIXe et XXe siècles. Il aborde la période la plus contemporaine, de 1968 à aujourd’hui, particulièrement riche d’enseignements sur l’utopie godinienne dans ses rapports avec notre société en profonde transformation.

Le parcours de visite, en partie libre, en partie commenté, se développe sur l’ensemble du territoire du Familistère. Il aborde in situ les différentes facettes de l’expérimentation : les aménagements ont cherché à rendre sensible la forte interaction qui existe entre le lieu et le contenu de la visite.

Sommaire du parcours :
. les économats (anciens magasins du Palais social), réaménagés en centre des visiteurs : accueil, information et billetterie, librairie, buvette, salles de documentation, exposition permanente « Du château des ducs au Palais social : le Familistère dans la ville » ;
. le Jardin d’agrément, jardin historique du Familistère ;
. le Jardin de la presqu’île, grand jardin contemporain au nord du Palais social ;
. la buanderie-piscine : salle commune de repas, exposition permanente « L’hygiène, une question sociale » ;
. l’appartement de Godin : exposition permanente « Jean-Baptiste André Godin, fondateur du Familistère » ;
. le théâtre : salle de spectacles et de réunions, spectacle multimédia escamotable « Le théâtre : temple de la démocratie familistérienne » ;
. le pavillon central : logements pour résidences, ateliers pédagogiques et salles d’éducation, salles d’expositions temporaires, administration, expositions permanentes « La machine à habiter ensemble », « L’aventure industrielle et sociale du Familistère » et ses « Scènes d’intérieurs », « La fabrique des utopies », présentation en résidence « l’appartement expérimental »)

Le musée est fortement impliqué dans l’organisation urbaine, sociale, économique et culturelle de Guise. Au Familistère, la mixité des usages est le principe directeur des aménagements. Les écoles du Familistère sont municipales ; le théâtre est l’unique salle de spectacles de la région de Guise ; les jardins sont publics ; les services sont communs aux usagers quotidiens et occasionnels. Ainsi, les visiteurs, les habitants, les promeneurs du dimanche, les parents d’élèves, les pêcheurs, les lecteurs de la bibliothèque, les passants, participent pleinement et diversement à la vie du site à la fois très patrimonial et très social. Cette mixité est particulièrement manifeste à l’intérieur même du pavillon central, où habitants et visiteurs cohabitent.

Voir les images Retour à la fiche
1/7

2006 : ouverture des économats © Familistère de Guise