Le kiosque à musique

Une société musicale est créée au Familistère en 1859 dès la construction du premier pavillon d’habitation. La formation anime toutes les fêtes du Familistère. En 1872, elle devient une harmonie réputée dont la fonction est éducative, sociale – la maîtrise de l’instrument valorise le familistérien au sein de la communauté – et commerciale, puisque les musiciens se déplacent dans les foires-expositions où expose la Société du Familistère.

Un premier kiosque en bois est bâti en 1860 au milieu du parc aménagé au nord et à l’ouest du Palais Social projeté. Il est reconstruit en bois vers 1900 puis en maçonnerie et charpente métallique après 1918.

Le kiosque à musique a été classé en 1991 au titre de la loi sur les Monuments Historiques. En raison notamment du mauvais état sanitaire de la charpente métallique, l’édifice était en péril à la fin des années 1990. Il a fallu attendre 2006 pour que soient entrepris des travaux. Ceux-ci ont consisté en la restauration générale de l’ensemble de la charpente métallique, de la maçonnerie, de la couverture et de ses ornements, à l’identique de l’état de 1921.

S’il ne constitue pas l’élément le plus spectaculaire du patrimoine du Familistère, le kiosque à musique représente une famille de petits édifices publics qui a largement souffert des destructions dans le dernier tiers du XIXe siècle tout comme le kiosque de la place Lesur à Guise. Il tient une place particulière dans l’histoire du Familistère où la musique a joué depuis l’origine un rôle important comme manifestation privilégiée de la communauté familistérienne et comme discipline majeure de son système éducatif. Aujourd’hui, le kiosque est un centre d’animation dans l’espace public du Familistère. Aux beaux jours ou aux belles nuits, de petites formations musicales ou théâtrales traditionnelles ou contemporaines s’y produisent.

 

 

Voir les images Retour à la fiche
1/5

Le premier kiosque en bois lors des préparatifs de la fête du travail. Photographie anonyme, mai 1881.