L’appartement de Godin

Habiter le Palais Social est une évidence pour le fondateur du Familistère. Il n’y a pas de maison de patron dans la commune sociétaire. Dès 1859, Godin se réserve un logement dans le premier pavillon achevé. Puis, en 1877, il emménage avec sa collaboratrice et compagne Marie Moret dans un appartement situé au premier étage de l’aile droite, dont la construction vient de s’achever.

L’appartement a cependant un caractère bourgeois qui contraste avec l’organisation des autres logements du Palais. Les pièces sont distribuées par un grand vestibule d’entrée. Elles donnent sur la place du Familistère. Seule la cuisine, dotée d’une entrée de service sur la coursive, ouvre sur la cour intérieure. Les espaces sont spécialisés : bureau, salon, salle à manger, chambre à coucher et cuisine. On remarque encore le parquet et les moulurations des plafonds des pièces nobles qui tranchent avec les sols en carreaux de terre cuite et les parois sans décor des autres appartements du Palais.
L’appartement de Godin a, en plus d’un usage privé d’habitation, des fonctions professionnelles et publiques. Il est tout à la fois lieu d’élaboration de l’expérimentation familistérienne, lieu de réunion, bureau de rédaction du journal du Familistère, Le Devoir, et salle de réception des visiteurs du Palais Social.
Après la mort du fondateur, l’appartement demeure habité par Marie Moret jusqu’à son décès en 1908. Après cette date, il devient l’appartement de fonction des administrateurs-gérants successifs de l’Association coopérative du Capital et du Travail.

 

 

Voir les images Retour à la fiche
1/7

Appartement de Godin. Salle de réception. Phot. G.Fessy, 2010 ©Familistère de Guise